10 : Rockdale

 Lundi 27 novembre

9:00

Ah, une bonne journée qui s’annonçait. Bye bye l’auberge de jeunesse, les dortoirs à 6, let’s go to buy our van ! Nous sommes allés retirer notre argent et nous avons rejoint les français pour leur acheter leur van.

13:00
Après avoir encore bien discutés avec eux et la paperasse faîte, ça y’est ! Le van était à nous. Tout reposait sur Alex pour la conduite car je n’ai toujours pas reçu mon permis papier (en France). Pas facile pour lui la conduite à gauche, avec un gros véhicule, le levier de vitesse à gauche, les clignotants et les essuies glace inversés.. Et puis, dans Sydney c’est la foire. 3 voies, d’énormes véhicules qui roulent comme des malades.. m’enfin, il s’est bien débrouillé !

14:00
Nous sommes allés à IKEA pour acheter de quoi faire notre nouveau chez nous : couette, housse de draps, oreillers, couverts, vaisselle, décoration… On est ensuite allés à Bunnings (le Castorama Australien) et on y a trouvé de la peinture blanche pour repeindre quelques placards. Nous voulions surtout trouvé des accessoires de camping et la vendeuse nous a conseillé BigW. Et rebelote, encore des kilomètres par-ci par-là, quelques demi-tours également.

18:00
Après avoir eut peur de ne pas pouvoir se garer (et oui maintenant avec le van, les parkings de moins de 2m20 c’était niet) nous nous sommes surtout dit « oups, il est 18:00 et tout est peut-être déjà fermé » et oui nous n’avions pas pensé que les magasins fermaient à « 6pm ». Heureusement, BigW était un gros magasin et restait ouvert jusqu’à 20:00. Il y a vraiment de tout.

20:00
Il faisait nuit, la journée a été longue (surtout pour Alex), et pour couronner le tout, il fallait rouler de nuit. Nous ne savions toujours pas où dormir ce soir. Nous étions fatigués, et les campings se font rares dans Sydney. 5 minutes avant d’arriver, il commençait à me dire « j’ai du mal à freiner » et plus on avançait, plus les freins nous lâchaient.. Ouf on y est presque, heureusement, car il y avait de plus en plus une odeur de brûlé. Alex était au bout du rouleau, et me répétait qu’il avait de plus en plus de mal à freiner. Nous nous sommes donc arrêtés sur le côté, à l’entrée du camping.

21:00
Alex est sorti, il m’a dit qu’il y avait un problème. Ça sentait le brûlé, les pneus arrière fumaient. C’est à ce moment-là que nous avons vraiment paniqué. L’accueil fermé, Alex appelle le numéro du camping. Non, le gars au bout du fil ne voulait pas de nous. Nous ne pouvions plus reprendre le van, nous étions bloqués devant le camping, gênant tout de même le passage, et peut être la maison d’en face. La propriétaire est passée peu de temps après, c’est la que nous avons pu lui demander si cela ne la dérangeait pas que l’on laisse notre van ici. Elle parlait français, a compris notre mésaventure et nous a proposé de nous garer chez elle.

23:00
Elle a été tellement aimable avec nous. Elle nous a proposé de venir boire un coup chez elle et de dormir dans une salle de jeux dans son jardin, ce qui nous a permis de bien dormir, malgré une fin de journée assez éprouvante !

Ce soir a vraiment été un moment difficile pour tous les deux, et cette dame, Dominique, nous a vraiment aidé à garder un peu d’espoir… On espère que tout va s’arranger demain…

Mardi 28 novembre

Malgré tout cela, nous avons quand même bien dormi, peu mais bien. C’est l’arrière-grand-mère Francine, cette fois-ci qui est venue nous voir, car Dominique était  au travail toute la journée. Francine, est d’origine française donc c’était simple de parler avec elle. Nous avons également rencontré sa petite fille (qui elle ne parle pas français) et qui nous a dit qu’elle se renseignerait pour un garagiste. Pendant ce temps, nous nous sommes dit que ce serait le moment idéal pour remettre à neuf notre van. Et oui, un gros ménage s’imposait ! Il y avait vraiment de tout et n’importe quoi (de la guitare, à la planche de surf en passant par des cannes à pêche, des palmes, des tubas, un jeu de fléchette sans fléchette, un club de golf, une PS3… Il a fallu tout décharger. Le ménage a été intensif et difficile, nous y avons passé la matinée + midi. Ensuite, gros coup de peinture ! Les meubles rouges n’étaient pas du tout modernes, donc nous avons peint en blanc pour redonner de la fraîcheur au van ! Il a fallu également trier toutes les bricoles qui étaient dans le van depuis des années, « est-ce qu’on jette ? » ou « est-ce qu’on garde ? » mais la plupart a été « on jette ! ». 18:30 est vite arrivé, Dominique est rentrée du travail et nous a donné un jolie conseil pour les bouts de matelas usés (ceux qui nous servent pour dormir). Elle nous a conseillé de prendre un vieux drap, de le déchirer pour chaque morceaux du matelas et de le coudre à celui-ci. On n’avait jamais vraiment fait de couture, chose que l’on ne pensait vraiment pas faire durant notre voyage hihihi. Il était déjà tard et nous n’avions pas eut le temps de nous occuper de notre problème de van, mais les propriétaires ont accepté que l’on reste encore pour cette nuit.

Mercredi 29 novembre

Nous avons continué un peu à coudre à notre réveil, Alex s’est occupé de se renseigner auprès des assurances (de plus en plus easy pour lui de comprendre et de parler anglais) Ah oui, vous a-t-on dit que nous n’avions pas encore pris d’assurances ? En Australie, elles ne sont pas obligatoires et l’on ne pensait pas avoir de problème ci-tôt… Nous avons également rencontrés d’autres français, qui sont de la famille… Cela nous a permis d’obtenir des conseils, ce qui n’est pas négligeable. Les propriétaires étaient vraiment au petits soins avec nous, ça fait du bien de savoir qu’il y a des gens comme ça… Et la chance que l’on a eut de tomber sur eux.

Vendredi 19 janvier

Hello ! Oui, cela fait un bout de temps que nous n’avons rien publié sur notre blog… Mais que s’est-il passé entre temps ?!

Oui. Nous sommes toujours à Sydney lol. « Quoi ? Mais qu’est-ce que vous faîtes encore là ? Plus de deux mois et vous n’êtes pas parti, pour découvrir de nouvelles destinations, ou pour travailler dans les fermes ?! » On s’explique. Les fêtes de fin d’année approchaient, la french family nous a donc proposé de rester pour ne pas les passer seuls dans notre van. Le temps est vite passé !

Les journées étaient chaudes, se résumaient à piscine, bières et glaces (des vacances quoi). Bien sûr, nous n’avons pas fait que cela. Nous nous sommes occupés des finitions du van que vous avez sûrement découvert sur notre page Instagram. Nous avons beaucoup dépensé pour toutes ses rénovations, mais, se sentir chez soi, un chez soi que l’on aura pour les 6 prochains mois, cela n’a pas de prix. (au fait, le van va bien !)

Nous avons également profité d’une petite journée shopping dans un grand centre commercial d’usine, avec de grandes marques à des réductions imbattables. (Birkenhead point outlet centre) Nous avons pu nous payer deux paires de Ray-ban pour bien nous protéger du soleil chaud de l’Australie.

Nous avons aussi profité de la famille. Par exemple, nous sommes allés au bowling, c’était fun !

Nous avons donc fêté le réveillon, en petit comité. Le lendemain, c’était pizza libanaise pour le breakfast de Noël (vous avez déjà vu ça vous, des pizzas le matin de Noël ?) et le meilleur est à venir… Gros barbecue des familles pour le repas de Noël ! Piscine et bière au rendez-vous, 35°…

Finalement, nous avons demandé l’autorisation de rester encore un peu, pour voir le nouvel an à Sydney, le fameux. Une galère monstre ! Si vous voulez le voir de près, pensez à camper pour faire la queue 24heures avant (Ah et aussi à réserver votre billet) Si comme nous, vous n’avez pas ce courage, il existe pleins de spots sympas. Nous sommes partis vers 16h, nous avons mangé dans une brasserie sympa pour nous donner des forces pour cette soirée. Nous avions quelques idées en tête, Dover Heights (collines), Rose bay beach (plage), Queens Beach (plage), Milk Beach (plage)…. Nous sommes partis à leur découverte pour se décider ensuite : Quel était le meilleur spot pour ce fameux feu d’artifice ? La plage de Rose Bay ne permettait pas de voir l’Opéra, ni le pont Harbour Bridge (le feu d’artifice est au-dessus). Nous sommes donc allés sur les collines de Dover Heights, nous avons trouvé un premier petit parc, la vue n’était pas trop mal. Il n’y avait pas beaucoup de monde. Il devait être 18:00. A savoir qu’il y a deux feux d’artifice, un à 21h (ce qui permettait d’être plus accessible pour les familles ayant de jeunes enfants) et l’autre à minuit. Nous avons ensuite trouvé le « Dudley Page Reserve » où stand était présent, ainsi que chaise. Nous sommes allés voir sans entrer, et nous nous sommes dit « Ah ça c’est un bon spot ». Mais comme il n’y avait pas grand monde, nous sommes allés vers d’autres découvertes. Nous avons marché jusqu’à Queens Beach. Plus l’on s’approchait, plus l’on entendait de la musique. Et là, grosse surprise, un monde FOU, une vue de FOU. Ce n’était pas réellement une plage car il n’y avait pas de plage mais imaginez un panorama de la mer, des nombreux bateaux sur l’eau, et une vue magnifique sur l’Opéra et le pont. Nous avons finalement décidé de marcher encore, trouver notre dernière idée de spot : Milk Beach. Quel étonnement lorsque l’on a appris qu’il fallait réserver et avoir des tickets… Nous sommes retournés à Queens Beach, où nous avons réussi à trouver un petit coin sur le goudron sur la route. Pendant qu’Alex cherchait à acheter des bières, je me suis fait totalement virer du goudron, comme tout ceux qui étaient comme moi, par les policiers. Nous n’avions plus de places assises… et pas de bières. 20:40, On est tout de même retournés  au Dudley Page Reserve, arrivés 5 minutes avant le début, pour se rendre compte qu’ici aussi, c’était avec ticket… Ensuite, Queen Beach était tellement complet que les personnes se chargeant de la sécurité ne laissait plus personne rentrer, une vraie galère ! M’enfin, finalement pour le New Year, nous avons trouvé une petite ruelle en descente où nous avons trouvé à nous asseoir, malheureusement SANS BIERE lol. Mais nous avions une belle vue ! Par contre, le retour c’était autre chose… Après le feu d’artifice, les voitures s’enchaînaient, les bus ne roulaient plus, nous avons donc pris la malheureuse décision de marcher jusqu’à la gare. Après 24 km dans la journée, il était bien temps de dormir et de ne pas penser aux courbatures du lendemain (et du surlendemain).

Nous avons ensuite songé à partir, puis nous avons rencontré un ami de la famille qui connaissait quelqu’un qui pourrait peut-être nous avoir du travail. Alors nous sommes restés… Puis nous n’avons plus eut de nouvelles, alors nous avons resongés à partir, trouver du travail en ferme, même si cela paraissait difficile. (Nous sommes sur des groupes Facebook de français en Australie qui raconte qu’il n’y a pas tant de travail en ferme…) Puis une autre nouvelle. Une BONNE NOUVELLE. La sœur de l’arrière-grand-mère, qui est française et possède une auberge pour personnes (françaises venant de Nouvelles Calédonie) nous a contacté pour nous dire qu’elle aurait du travail pour nous fin janvier, nourris et logés. Quelle bonne nouvelle !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s