SUR LES ROUTES DE NOUVELLE ZELANDE – INVERCARGILL

La carte ci-dessus résume notre parcours en un itinéraire simple avec les adresses les plus intéressantes de notre périple, ôtant certains détours ou lieux peu utiles. A vous d’organiser votre voyage à votre façon en vous inspirant des quelques idées ici !


Nous sommes descendu en prenant la route la plus au sud jusqu’à McCraken, nous dirigeant petit à petit vers Invercargill. C’est à 20 minutes de la ville que Léon et Sarah travaillent, dans une ferme de vaches destinées à la traite. En cette période (août, septembre) cette ferme s’occupe également d’un grand nombre de veaux qui seront soit destinés à la traite si ce sont des vaches, ou à la viande si ce sont des bœufs. Nous avons connu Léon et Sarah durant notre travail dans les kiwis et sommes passés pour la soirée. Finalement, nous sommes restés une journée de plus pour aller voir comment se passe un après midi à la ferme, avec eux.

Alex était avec les garçons pour la traite des vaches.

De mon côté avec Sarah, nous nous occupions de nourrir les veaux. C’était très intéressant. Il y avait différents “enclos” en fonction de l’âge des veaux, et en fonction il fallait leur donner du lait chaud ou froid. On nourrit petit à petit les veaux, enclos par enclos, avec un bac en longueur qui contient environ 8 “tétines” pour que chacun ait sa place. C’est un processus qui demande du temps et de l’attention car il faut s’assurer que tous les veaux aient suffisamment bu de lait, il faut les mettre en ligne pour qu’ils ne se chamaillent pas sur la même tétine. On peut observer leur ventre qui grossit au fur et à mesure de l’absorption du lait. Lorsqu’ils sont rassasiés, ils n’ont plus l’air maigrichons et beaucoup ont même la tremblote. Dans ce cas, il faut s’assurer qu’ils arrêtent de boire car ils peuvent vite se rendre malades et ne plus vouloir manger par la suite. Pour ceux justement qui refusent de manger, il faut d’abord les attirer. On leur met quelques doigts dans la gueule pour savoir s’ils sont attirés, s’ils mordent à l’hameçon, on les attire vers leur tétines et on laisse voir comment ils se nourrissent. Certains n’ont juste vraiment pas faim/soif, dans ce cas on les marque par un bout de scotch et on s’assure qu’ils mangent au prochain créneau. Si ce n’est toujours pas le cas, il faut alors leur ingérer le lait par un tube, en les obligeant à boire en leur tenant la gueule, et le corps évidement pour ne pas qu’ils puissent se débattre.

Avant de partir vers les Catlins, nous sommes passé à Bluff, et pour confirmer ce qu’on nous a dit: il n’y a vraiment rien à voir. C’est l’endroit où le ferry part pour Stewart Island, la 3ème île du pays, connue pour y voir des kiwis la nuit, ces animaux iconiques de NZ. Nous voulions vraiment y aller, mais entre la météo pourrie à durée indéterminée et les prix abusivement cher par piéton (je précise car on parle de prix par personne SANS le van) : plus de $80/p (1 way!)

STEWART ISLAND ?

Quelques jours sur Stewart Island serait un joli cadeau pour nous car nous aimerions beaucoup voir un kiwi, l’animal emblématique de la Nouvelle Zélande, et c’est sur cette fameuse île qu’il y a plus de chances d’en croiser. Mais le prix était excessif et nous avons décidé de passer cette étape, mais d’y revenir si l’occasion se présente, après avoir travaillé et ayant suffisament d’économies pour profiter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s